15 ans après sa tragique disparition, Lady Di a toujours sa place dans le coeur des Britanniques (photos et vidéos)

Dans Hyde Park, Stephanie Cooper, venue de l’est de Londres, s’arrête devant la fontaine du mémorial de la princesse, morte à 36 ans le 31 août 1997 dans un accident de voiture à Paris, avec son dernier amour, Dodi, fils de Mohamed al-Fayed, propriétaire alors du grand magasin Harrods, à Londres.

Elle se revoit apprenant la mort de la princesse, à la télévision dans son salon: “C’est le genre de nouvelle dont vous vous souviendrez toute votre vie, où vous étiez et ce que vous faisiez quand vous l’avez entendue. Comme pour le 11-Septembre ou la mort de Kennedy.” Aujourd’hui, des cartes postales de Diana figurent systématiquement aux étalages des marchands de souvenirs londoniens.

L’émir du Qatar, qui a racheté Harrods, a maintenu dans le magasin le mémorial mis en place par Mohamed al-Fayed, devant lequel les touristes défilent toujours: photos de Dodi et Diana, verre en cristal dans lequel Diana a bu le soir de sa mort, et réplique de la bague offerte par Dodi.

Les dernières années de la princesse, mariée à 20 ans avec l’héritier du trône, Charles, qui en aimait une autre, Camilla Parker-Bowles, sont aussi le thème d’un film en préparation, où Diana est incarnée par Naomi Watts.

Face à ce culte discret, le reste de la famille royale a su rebondir.

Elizabeth II, qui avait connu une terrible chute d’affection auprès des Britanniques après l’accident, en raison de sa froideur apparente, et après plusieurs divorces dans la famille royale, est désormais au faîte de sa popularité.

”Diana serait très fière de ses fils ”

Les fils de Diana, William, 30 ans, et Harry, presque 28, l’ont désormais remplacée sous les projecteurs. Le premier, très sage, a enchanté le royaume en avril 2011 en se mariant avec la charmante Kate Middleton, après lui avoir passé au doigt la célèbre bague de fiançailles en saphir et diamants de sa mère.

Le turbulent Harry est le chéri des tabloïdes, entre pitreries et soirées arrosées au cours desquelles, comme récemment à Las Vegas, il joue au “strip-billard” avec des jeunes filles et se fait photographier tout nu. Mais le pays pardonne en général ses excès de jeunesse à ce pilote d’hélicoptères Apache qui rêve de retourner en Afghanistan avec son régiment.

“Aujourd’hui, nous pensons moins à Diana et plus à eux”, commente Kate Williams, l’auteur de “Young Elizabeth”, consacré à la jeunesse de la reine: “Ils lui ressemblent... Ils donnent aux associations caritatives, ils sont chaleureux, ils vont à la rencontre des gens et ils ne sont pas guindés.” Selon elle, Diana, “que personne n’a jamais critiquée dans son rôle de mère”, serait “très fière de ses fils”.

 

Le mariage de Charles et Lady Di en 1981