Le CDH pense toujours au plan B

Les Wallons et les Bruxellois doivent travailler sans attendre à un projet francophone, a affirmé le président du CDH Benoît Lutgen dans Le Soir, après l’appel de son homologue de la N-VA Bart De Wever à discuter du confédéralisme après les élections communales. « Peu importe que De Wever soit à 20 ou à 40 %. Il faut se préparer quoi qu’il arrive. Sans attendre », martèle M. Lutgen. A ses yeux, il importe de ne pas rejouer le scénario des négociations précédentes, où les francophones arrivent à la table « les mains vides, sans menu, et se font imposer celui des Flamands ». « Cessons de subir les choses et soyons prêts, on ne sait jamais ce qui peut se passer. »