Criminalité en hausse à Bruxelles: réaction du bourgmestre Freddy Thielemans

Selon ce document préparatoire document préparatoire de la police de Bruxelles-Ixelles destiné à servir de base au rapport d’activité 2011 de la zone de police, le nombre d’infractions commises en 2011 à Bruxelles dans le Pentagone (centre), le quartier européen et le quartier Louise a augmenté de 14,33 % par rapport à 2010. La Grand-Place et ses alentours ainsi que la rue Neuve et la place du Sablon concentrent 39 % des infractions constatées dans tout le district, avec un total de 5.379 infractions. En 2011, 771 faits supplémentaires y ont été rapportés, soit une hausse de 16,7 %. Les vols à la tire y représentent 38,61 % de l’ensemble des infractions commises.

Dans les alentours de l’avenue Louise, le nombre d’infractions a augmenté de 29 %, soit 267 de plus, pour un total de 1.167 infractions - la plus grande part étant des vols dans les véhicules -, tandis qu’avec 905 faits, le quartier européen est resté relativement calme en 2011.

Selon Geoffroy Coomans (MR), membre du conseil de police et s’exprimant dans la DH, ces chiffres auraient dû être communiqués en juin, mais ne l’ont pas été vu le mauvais bilan. Ce samedi midi, le bourgmestre Freddy Thielemans (PS) a réagi par communiqué.

La police de Bruxelles augmente sans cesse sa présence en rue et son travail d’intervention: recrutement massif, augmentation des patrouilles, plans spécifiques par quartiers, actions ciblées par problématique, etc. ”, dit-il. “ Les résultats sont concrets: nous avons doublé le nombre d’arrestations depuis 2006. ”

Le mayeur ajoute: “ Le vrai problème à Bruxelles réside dans le manque de suivi judiciaire et, par là, la création d’un sentiment d’impunité. C’est intolérable et il est temps que le Fédéral renforce la justice. Il est également urgent que les 400 policiers supplémentaires pour Bruxelles, promis par le Fédéral, arrivent sur le terrain. ”

Cela dit, Freddy Thielemans précise que, depuis 2006, plus de 200 policiers supplémentaires ont été recrutés dans la zone de police et qu’une réorganisation complète du travail de terrain a été réalisée. “ Nous agissons sur le terrain et répondons très activement à toute évolution de faits criminels. ”

Le vrai problème ne se situe pas au niveau du travail policier ”, conclut-il. “ Mes policiers font un travail remarquable au quotidien et je salue leur persévérance. Le problème se situe au niveau du suivi judiciaire! Par manque de moyens humains, la justice n’arrive plus à poursuivre et les auteurs, une fois arrêtés par mes policiers, se retrouvent à nouveau dans la rue. C’est inacceptable! Il faut maintenant que l’ensemble des partenaires nous emboîte le pas pour éradiquer la criminalité de nos rues!