Trois flamands pour diriger l’armée belge

À la suite de la démission de Charles-Henri Delcourt, Gérard Van Calenberge a été désigné, à la mi-juillet, comme chef de l’armée. Jusqu’alors, il était sous-chef d’État-major pour les Opérations et l’Entraînement. La fonction est cruciale puisqu’elle contrôle deux tiers des activités de la Défense. De plus, les opérations à l’étranger constituent le fer de lance de l’action du ministre De Crem. Il a fallu lui trouver un remplaçant. Cela a été chose faite début septembre avec Marc Compernol. Ce dernier a dû être remplacé à la tête de la composante Terre par Hubert De Vos, voici quelques jours. Ces hommes forment le top 3 de la hiérarchie militaire et sont tous néerlandophones.

Selon un syndicaliste de la CGSP Défense, les gradés francophones risquent d’être écartés des plus hautes fonctions militaires jusqu’en... 2030. Le député Denis Ducarme va interpeller le ministre De Crem, à lire dans notre édition payante.