Diam’s se confie aux médias: une première en plus de 3 ans

Dans cette interview accordée à la radio RTL, elle a notamment parlé de sa conversion à l’Islam : « J'ai commencé à délaisser Diam's parce que ça m'a rendu trop malheureuse », avoue-t-elle. « Peut-être qu'il fallait que j'oublie la musique et que je redevienne quelqu'un de normal. J'étais entre deux vies et puis il y a eu une amie qu'est à table avec nous et qui dit « les filles je reviens, je vais prier ». A ce moment-là, j'ai ressenti ce besoin de prier. Donc j'ai prié avec elle et ça m'a fait beaucoup de bien ».

Sa religion est un choix personnel et n’a pas de liens avec son époux : « On a tellement tendance à faire passer la femme convertie à l' Islam pour quelqu'un qui n'a aucune autonomie intellectuelle. Ça m'a rendue très triste à l'époque parce que je me suis dit : «  quelle image les gens ont de tout ça? ». Les gens n'ont-ils pas conscience qu'une femme qui porte le voile en France a forcément un caractère parce que ce n'est quand même pas facile dans notre pays. La foi m'habite, elle est dans mon cœur. Elle n'est pas dans le coeur de mon mari, elle n'est pas dans le coeur des gens. Ca n'engage que moi.  »

Elle est également revenue sur sa tentative de suicide trois moi avant les Victoires de la Musique en 2009. « A ce moment là, aux Victoires de la Musique, je vais tellement mal et puis j'ai les médicaments qui me bousillent la tête », déclare-t-elle. « J'ai envie de dire aux gens: Merci de m'aimer. Mais je le mérite pas. Je suis nulle. Je n'arrive pas. Je suis muette et les larmes parlent pour moi. J'ai le sentiment d'avoir connu ce sentiment de néant. Ce qu'on appellera plus tard , dans mon livre, la dépression. Passer d'une tournée mondiale à une petite chambre de quelques mètres carrées dans une clinique psychiatrique c'est quand même une chute ».