Carcela: «Je voulais rester au Standard, mais j’ai été poussé vers la porte de sortie»

« Dans ma tête, il était prévu que je reste encore au Standard durant six ou douze mois, d’autant qu’avec Lucien D’Onofrio, on avait entamé les négociations relatives à une prolongation de contrat », dit-il. « Partir n’était pas, loin s’en faut, une idée fixe. Pierre François souhaitait, lui aussi, que je continue à porter le maillot liégeois ».

Mais les offres émanant de nombreux clubs ont changé la donne. Anzhi, Udinese, Spartak Moscou, Porto, Benfica, Sporting Lisbonne… : la liste des candidats acquéreurs a été longue. « On m’a un peu poussé vers la sortie », confie-t-il. « Lors de l’entrevue que j’ai eue avec lui, le nouveau président, Roland Duchâtelet, m’a fait comprendre qu’il était préférable que je m’en aille. Sans doute doutait-il de ma capacité à revenir dans le coup après ma blessure… J’ai été à deux doigts de signer à Udine, mais lorsqu’il a vu qu’Anzhi était sur le coup, il s’est dit qu’il pourrait gagner plus d’argent si j’allais en Russie, dans un club qui avait attiré Eto’o et avait donc de l’argent. Je me souviens qu’avant de choisir, mon agent avait affiché sur un mur fraîchement retapissé, dans la maison paternelle, une feuille avec le nom de tous les clubs intéressés, avec le pour et le contre de chaque destination.