Pas d’enquête sur les atteintes aux droits de l’homme au Zimbabwe d’avant 2009

La nouvelle Commission des droits de l’homme du Zimbabwe aura un mandat d’enquête limité à la période récente, excluant les nombreuses exactions reprochées au régime du président Robert Mugabe avant février 2009, selon une loi fraîchement promulguée. L’entrée en fonction de cette commission fait partie des réformes sur lesquelles le camp Mugabe et ses opposants, menés par le Premier ministre Morgan Tsvangirai, se sont mis d’accord pour sortir le pays d’une crise politique qui a failli tourner à la guerre civile à 2008. Les avocats ont néanmoins appelé à « la mise en place de toute urgence d’un mécanisme indépendant et crédible pour traiter toutes les violations des droits de l’homme et atrocités du passé », donc des crimes datant de 1980 à 2000.