Deux magazines français condamnés pour des photos de DSK enlaçant une femme

Statuant en référé, la juge a condamné VSD à verser 8.000 euros de dommages et intérêts provisionnels à l’ancien patron du FMI et 15.000 euros à Myriam L’Aouffir. De la même manière, Closer a été condamné à verser 5.000 euros à DSK et 10.000 euros à Mme L’Aouffir. La justice a ainsi reconnu l’atteinte à la vie privée et au droit à l’image des deux plaignants. Pour la magistrate, VSD a «manifestement dépassé les limites autorisées de la liberté d’expression». Si le magazine ne saurait être tenu de «réparer le préjudice résultant de la reprise des informations litigieuses par de très nombreux médias et sur les réseaux sociaux», elle souligne qu’il s’agit du «premier organe de presse à en avoir fait état».

Si la juge ne retient pas, comme le soutient VSD, que Mme L’Aouffir et DSK ne «pouvaient ignorer que cette relation serait révélée au public», ils ont néanmoins «manifestement pris le risque» que ces photos puissent être prises, estime-t-elle.