L’expulsion décidée par le Logis Saint-Ghislainois contestée en justice

Jessica, 29 ans, avait mis plus de deux semaines à nettoyer la maison, remplie de déchets. L’habitation du Logis Saint-Ghislainois était inoccupée depuis deux ans. Jessica s’est retrouvée sans domicile avec ses trois enfants. La jeune femme s’est donc installée, sans autorisation.

Le Logis Saint-Ghislainois expliquait que la maison était destinée à la vente, car il y avait trop de travaux à y faire. La société de logements a donc lancé une procédure d’expulsion. Jessica a reçu son avis. Elle a un mois pour partir. Elle doit donc quitter les lieux pour le 15 novembre.

Oui, mais voilà, la jeune femme et ses enfants n’ont pas de solution de rechange. Elle n’est malheureusement pas la seule sur la liste d’attente du Logis. Le bras de fer, en tout cas, se poursuit entre Jessica et le Logis Saint-Ghislainois. La jeune femme est désormais défendue par Pascal Baurain, l’avocat des locataires qui avaient entamé des poursuites contre le Logis en justice de paix.

Pascal Baurain va entamer une procédure en opposition, contre la demande d’expulsion. Un dossier va être introduit devant le juge de paix, mais aussi devant le juge des saisies de Mons. Deux arguments vont être avancés: l’expulsion d’une famille avec de jeunes enfants en plein mois de novembre et le fait que Jessica a remis la maison en état.

De son côté, le Logis estime que cela ne lui donne pas l’autorisation de s’installer là sans demande. La maison est toujours destinée à la vente parce qu’il y aurait trop de travaux à y faire.