Waterloo: les médias suédois ne parlent que de la fusillade de dimanche

Dimanche, vers 4 heures du matin, les établissements Horeca du centre de Waterloo ferment.

Un groupe de cinq Suédois, dont deux vivent en Belgique, quitte un bar et descend de la rue de la Station vers la chaussée de Bruxelles. C’est alors que deux individus interpellent un membre du groupe sur un ton menaçant. Ses amis tentent d’intervenir et la tension monte. C’est le moment que choisit une troisième personne, restée près d’une voiture en retrait, pour sortir un pistolet. “ Dans la cohue, je n’ai pas compté précisément les coups de feu. Mais il y a dû en avoir six ou sept ”, explique Filip, qui a reçu une décharge dans le pied. Les trois hommes se sont ensuite enfuis en voiture sans demander leur reste.

Au pays d’Ikea, cette histoire fait grand bruit. Tous les médias nationaux en ont parlé. La Ministre des Affaires étrangères y a même été de son petit communiqué. Et la police de Waterloo a déjà reçu plusieurs coups de fil de médias suédois dont la télévision qui est prête à venir faire un reportage.

Filip Julius, Oscar et Mathias, les trois Suédois, qui étaient de passage en Belgique, faisaient un tour de l’Atlantique en voilier en passant par les Caraïbes quand leur mât a cassé mi-octobre. Ils avaient donc projeté de saluer Filip, le Suédois qui vit en Belgique, qui devait les rejoindre pour la suite de l’aventure en bateau. Oscar et Filip Julius ont également été touchés dans la fusillade. Le premier s’en sort avec une balle au-dessus du genou. Le second a reçu une balle dans la jambe, à quelques millimètres d’une artère importante. Selon lui, il doit la vie aux cartes de banque qui se trouvaient dans son portefeuille.

>Leur témoignage dans La Capitale Brabant wallon de ce mercredi 7 novembre.