Le vatican: «Le mariage monogame, une conquête de la civilisation»

«Il est évident que dans les pays occidentaux, il y a une tendance répandue à modifier la vision classique du mariage entre un homme et une femme, ou plutôt à tenter de l’abandonner, supprimant sa reconnaissance légale spécifique et privilégiée par rapport à d’autres formes d’unions», déclare le père jésuite, également porte-parole du Saint-Siège, dans son éditorial hebdomadaire sur Radio Vatican.

«Ce n’est pas seulement l’Eglise catholique qui le dit. Le grand rabbin de France l’a relevé dans un raisonnement de bon sens: il ne s’agit pas, en fait, d’éviter une discrimination injuste pour les homosexuels, car cela doit et peut être garanti par d’autres moyens», a-t-il observé.

«La question est d’admettre qu’un mari et une épouse sont publiquement protégés comme tels, et que les enfants qui viennent au monde peuvent savoir, et savent qu’ils ont un père et une mère», selon le père jésuite.

«En bref, il s’agit de préserver une vision des relations humaines où il y a une reconnaissance publique que le mariage monogame entre un homme et une femme est une conquête de la civilisation», estime le porte-parole du Vatican.

«Sinon, pourquoi ne pas envisager aussi une polygamie librement consentie, et bien entendu, pour ne pas discriminer, une polyandrie?», s’est alors demandé le père Lombardi.

Le journal du Vatican Osservatore Romano avait souhaité vendredi qu’un «débat supplémentaire» puisse avoir lieu face à «la révolution anthropologique» qu’annonce la légalisation du mariage homosexuel, qui sera associée à une possibilité d’adoption.

L’Eglise catholique mais aussi les autres courants religieux --protestants, musulmans, juifs-- justifient leur opposition à la réforme du gouvernement socialiste par des arguments «anthropologiques». L’Eglise estime que l’intérêt de l’enfant n’est pas assez pris en compte dans le projet.