Fillon ou Copé? L’UMP, orpheline de Sarkozy, élit son nouveau chef

Le scrutin organisé pour élire le président du parti jusqu’en 2015 a lieu entre 09H00 et 18H00 dans près de 650 bureaux de vote répartis dans toute la France. L’actuel secrétaire général votera dans sa ville de Meaux (Seine-et-Marne) à 11H00, l’ex-Premier ministre glissera son bulletin à 16H00 à Paris, où il est désormais élu.

Les résultats ne devraient pas être connus avant 20H00, voire beaucoup plus tard dans la soirée. Première à voter samedi, la Nouvelle Calédonie a donné une avance à M. Fillon mais, pour connaître le vainqueur, les regards se porteront surtout sur les «grosses» fédérations, très disputées: l’Ile-de-France (Paris, Hauts-de-Seine, Seine-et-Marne...) et le sud-est (Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Gard...) mais aussi le Rhône ou le Nord.

L’inconnue de la participation, -moyenne ou limitée au «noyau dur», elle peut avantager M. Copé, forte, elle renforcera M. Fillon-, rend tout pronostic aléatoire.

«La logique veut que Fillon l’emporte, la droite a souvent un réflexe légitimiste en choisissant la sécurité et le grade le plus élevé. Mais Copé a fait indéniablement une très bonne campagne», analysait samedi soir un ex-ministre.

Samedi, les duellistes ont jeté leurs dernières forces dans la bataille féroce pour le contrôle du premier parti d’opposition qu’ils livrent au quotidien depuis trois mois mais en réalité engagée dès le lendemain de la défaite de Nicolas Sarkozy à la présidentielle.

Favori des sondages réalisés auprès d’un public plus large -les sympathisants UMP- M. Fillon, qui a «beaucoup d’espoir» de gagner, a achevé sa tournée en Vendée en rendant hommage à Clemenceau, le «Père la Victoire» de la guerre 14-18 et en invitant les militants à se poser une seule question: «Qui est le mieux placé pour rassembler les Français autour de l’UMP ?"

De son côté, M. Copé, a mené campagne tambour battant jusqu’à la dernière minute en avalant les kilomètres -Eure, Seine-Maritime et Yvelines la même journée- et en envoyant un message audio, par téléphone, à chacun des adhérents pour les appeler à faire le choix d’un chef d’une opposition de «résistance» sur sa ligne d’une «droite décomplexée».

En cette fin de campagne, le ton s’est durci entre les deux camps. L’"inénervable» François Fillon a lâché ses coups en accusant son adversaire de «rechercher le buzz à tout prix» et d’emprunter «tous les virages à droite».

Pas en reste, Jean-François Copé a raillé l’opposition «en pantoufles» incarnée, selon lui, par François Fillon, dépeint en «Hollande de droite».

«Il était vraiment temps que ça s’arrête», juge Xavier Bertrand, qui comme d’autres ténors, appelle par avance le vainqueur à faire des gestes pour recoller les morceaux.

A l’unisson en économie (fin des 35 heures), sur les questions de société (non au mariage gay, non au droit de vote des étrangers) et désormais sur le «ni FN-ni gauche», les deux hommes revendiquent leurs «différences».

L’enjeu du scrutin est grand. Le vainqueur aura une longueur d’avance pour 2017 même si l’échéance décisive sera la primaire de 2016 et si Nicolas Sarkozy pourrait vouloir troubler le jeu.