Les applications sur tablettes pour enfants poursuivent leur développement

L’éventail de ces applications -principalement présentes sur iPad, la tablette d’Apple, mais aussi pour certaines sur Android, avec un prix de vente moyen autour de 2/3 euros- est large, de la déclinaison numérique de livres papier à la création pure: histoires enrichies de vidéos ou de jeux, bandes dessinées interactives, livres ludo-éducatifs sur l’art, applications permettant de dessiner, d’enregistrer sa voix ou d’utiliser la tablette comme un plateau de jeu sur lequel on circule avec un pion en papier...

«La création numérique se développe sur le terrain qu’on avait imaginé, c’est-à-dire à partir de la création d’applications multimédias, qui mixent les différents médias que les enfants pratiquent, aussi bien le texte que la photo, la vidéo, le cinéma d’animation», souligne Sylvie Vassalo, directrice du Salon du Livre de Montreuil.

Les acteurs du secteur sont eux aussi variés: éditeurs traditionnels --de Gallimard à Casterman en passant par Hatier--, mais aussi producteurs audiovisuels ou nombre de petites sociétés issues du numérique. «Il y a de plus en plus de développements. En tant qu’éditeur, notre métier évolue réellement», souligne Edwige Pasquier, directrice générale de Gallimard jeunesse, passé en un an de quatre applications à une douzaine, du conte aux applis ludo-éducatives réalisées avec des musées.