Un ex de Barbara Gandolfi acquitté dans une affaire de drogue

En 2004, au cours d'une perquisition chez un ancien videur de Frédéric V., de l'ecstasy et de la cocaïne avaient été découvertes. La perquisition aurait été menée sur base d'une information anonyme. D'après le videur en question, l'informateur aurait été Frédéric et ce dernier aurait lui-même entreposé de la drogue dans l'habitation. Il l'aurait dénoncé car il n'a pas pu supporter que le videur ait eu une relation avec Barbara Gandolfi. L'avocat de Frédéric V., maître Sven Mary, estime qu'il n'est pas du tout prouvé que son client ait déposé de la drogue chez ce videur. Le tribunal a suivi ce raisonnement. Trois ans plus tard, lors d'une perquisition chez Frédéric V. cette fois, des substances interdites avaient été découvertes. Le gérant avait déclaré qu'il s'agissait d'amphétamines MDMA et de GHB pour Mme Gandolfi. Le mannequin avait bénéficié de la suspension du prononcé pour son implication. Son ex, qui vit actuellement à Dubai, vient d'être acquitté sur toute la ligne.