Les syndicats de Ford Genk exigent le retrait du plan de fermeture

Les représentants des syndicats ont lu un texte de cinq pages qui avait été rédigé par leurs avocats. La réunion était ensuite terminée. Il n’y a pas eu de négociation.

«Le texte dit que Ford n’a pas rempli ses obligations», explique Eddie Martens, du syndicat chrétien (ACV) de Ford Genk. «Une liste des engagements que Ford a conclus a été dressée. Elle reprend le soi-disant contrat pour l’avenir. La réaffirmation (de ces engagements), même sur papier, sert de preuve légale pour contraindre Ford à respecter les accords. Nous trouvons qu’il y a suffisamment d’arguments pour forcer Ford à renoncer à son intention de fermer l’usine de Genk

La direction de Ford a vite compris que le dialogue n’était pas envisageable. Aucune nouvelle réunion de concertation n’a été programmée.