Football: notre dossier sur l’état du sponsoring dans nos clubs

Responsable du sponsoring à l’Union Royale Namur depuis bientôt un an, Angelo Castagna a vite compris que dénicher des partenaires n’était pas aussi simple que pousser la balle au fond d’un but après avoir dribblé le gardien adverse.

Et ce, malgré un passé sportif qui a fait du matricule 156 le club phare de la capitale wallonne. «Le fait d’avoir jouer en D2 est en effet un atout mais j’avoue qu’en arrivant, je m’attendais à avoir beaucoup plus de succès dans la recherche de sponsors. Namur n’est pas un petit club régional et a des arguments à faire valoir mais, en cette période de crise, les sociétés placent leur argent ailleurs que dans le sponsoring.»

Une quête de partenaires qui n’est pas non plus facilitée par quelques casseroles que le club traîne derrière lui depuis quelques années. « Je me suis vite rendu compte que le passé du club ne serait pas qu’un atout. Des gens se montrent parfois intéressés mais posent 15.000 questions. Certains semblent être freinés par l’idée de voir leur image liée à celle du club en raison de certaines histoires anciennes, tant sportives qu’extra-sportives. Mais le renouveau s’installe et c’est le message que nous voulons faire passer. »

Retrouvez nos deux pages complètes dans votre journal de ce jeudi.