Un Verviétois condamné à 3 ans avec sursis pour le viol d’une ado de 13 ans

Le tribunal a stigmatisé la gravité des faits mais aussi et surtout le défaut de moralité dont a fait preuve le prévenu qui porte ainsi atteinte à la sécurité public et au droit des familles.

Les faits ont été dévoilés par la mère de l’adolescente, âgée de 13 ans, qui savait qu’elle fréquentait depuis 6 semaines le prévenu, de 10 ans son aîné. Ils se sont rencontrés par l’entremise de la soeur du prévenu. Durant cette brève relation, les deux jeunes gens ont entretenu des rapports sexuels non-protégés. Le prévenu expliquait à l’adolescente qu’il souhaitait un enfant d’elle. Il la menaçait également psychologiquement afin qu’elle ne révèle pas leur relation.

Dans un premier temps, tant l’adolescente que le prévenu ont nié les relations intimes avant d’admettre celles du 9 décembre 2009. L’enquête permettra de mieux comprendre le contexte de cette relation entre une adolescente qui essayait de se mettre au niveau des jeunes de 16 ans et un prévenu immature qui embobinait les jeunes avec qui il traînait et «profitait ainsi d’eux en étant dès le départ mal intentionné», avait relevé de Parquet.