Une instruction vise Franco Dragone pour "infractions fiscales internationales"

Le magazine révèle qu’un réseau de sociétés boîtes aux lettres dispersés entre les Îles vierges britanniques et la Hongrie est chargé de canaliser les bénéfices des droits de propriété intellectuelle des spectacles pourtant conçus à La Louvière.

Dans son enquête, le magazine rapporte que la SA Productions du Dragon, le QG louviérois de Franco Dragone, n’a quasiment jamais payé d’impôts en Belgique. Sur les huit dernières années, elle n’a ainsi réalisé des bénéfices qu’à deux reprises, malgré le succès planétaire rencontré par des productions comme «A New Day» ou «Le Rêve».

Plusieurs sociétés, telles Calitri Services & Licensing LLC en Hongrie ou Canterlo Ltd. dans les Îles vierges britanniques, «de simples boîtes aux lettres administrées par des prête-noms locaux, des collaborateurs du groupe, ou le gestionnaire de fortune personnel de Franco Dragone», sont chargées d’encaisser et de redistribuer les royalties des spectacles.

L’Inspection spéciale des impôts (ISI) aurait été mise au courant de ce réseau vers la fin mai 2012 mais n’a ouvert une enquête qu’en octobre, le dossier 091/2012. Le 24 octobre 2012, une série de perquisitions sous la direction du juge Alain Blondiaux était ainsi menée dans les bureaux louviérois du groupe, ainsi qu’au domicile de Franco Dragone et de plusieurs de ses proches collaborateurs. Cette instruction est actuellement toujours en cours, rapporte encore l’hebdomadaire.