Reginal Goreux: «Je serais resté au Standard pour la moitié de mon salaire à Samara...»

Réginal Goreux s’est un peu lâché devant les caméras de télévision et les micros de nos confrères de la radio, ce samedi soir, après son dernier match en tant que Rouche, à Gand (0-0). Sur le coup, pondéré, il avait notamment évoqué le fait qu’il n’y avait désormais «plus beaucoup de places libres pour les clubmen à Sclessin».

Mais il n’avait pas dit tout ce qu’il avait sur le coeur. Avec le recul, le Berlozien en a encore balancé pas mal sur cette nouvelle direction bien déterminée à diminuer la masse salariale. «Si on m’avait proposé la moitié de ce que Samara m’offre, je serais demeuré à Sclessin. L’argent n’est pas tout!», dit-il dans Sudpresse Sports, ce lundi matin. «A la place, je n’ai eu aucune offre du Standard. Samara s’est manifesté et la direction n’a pas bronché. Aucune contre-proposition n’est venue. Je ne pensais pas partir, mais dans ces conditions, je ne voyais pas pourquoi je serais resté.»

Rester dans ce club qui brillera à jamais dans son coeur. Et à qui il souhaite le meilleur pour l’avenir. «Lucien D’Onofrio et Pierre François ont amené le club au sommet et, en un an et demi, le Standard a perdu toute son aura, même si tout n’est pas retourné. J’ai connu de beaux moments ici. Le premier titre fut sans doute le plus grand. J’espère maintenant pour mon club de cœur que le sportif suivra…»

Dans les prochaines heures, Réginal signera son contrat avec Samara. Et mercredi, il s’envolera pour la Turquie où il retrouvera ses nouveaux équipiers, pour un stage de 5 semaines.

D’ailleurs, d’autres joueurs que l’on peut considérer comme des clubmen dévoués pourraient l’imiter très prochainement, dans ce même contexte d’allègement de la masse salariale. On pense ici à Sébastien Pocognoli ou Laurent Ciman...