74 supporters tués lors d’un match de foot en Egypte en 2012: 21 personnes condamnées à mort

Vingt et un Egyptiens ont été condamnés à mort ce samedi dans le procès des violences ayant suivi un match de football l’an dernier à Port-Saïd, au lendemain du deuxième anniversaire de la «révolution» marqué par des heurts meurtriers entre manifestants et policiers.

Quatorze personnes ont été tuées dans la foulée au cours d’affrontements ayant éclaté dans la ville, a annoncé le ministère de la Santé. «Le nombre des décès dans les évènements de Port-Saïd monte à 14», a indiqué le ministère, cité par la télévision d’Etat.

Des hommes non identifiés ont tiré à l’arme automatique vers la police qui a répondu par du gaz lacrymogène, ont dit les témoins. Des blindés ont aussi été déployés et des affrontements avaient lieu dans les rues autour de la prison.

Au Caire, le verdict a en revanche été accueilli par les cris de joie et les youyous des membres des familles des victimes présents dans la salle d’audience.

En février 2012, 74 personnes étaient mortes à Port-Saïd après un match entre le club cairote d’Al-Ahly et une équipe locale, Al-Masry. Plus de 70 personnes, dont neuf policiers, étaient jugées pour leur responsabilité présumée dans ces violences.

Un groupe de 21 personnes a été condamné à mort samedi matin, a annoncé le président du tribunal. Les accusés restants seront fixés sur leur sort le 9 mars.