Il voulait poursuivre la banque où sa femme a rencontré son amant

«La plainte de M. Ramnath Dessie est pour le moins bizarre. Il soutient que (la banque) FirstRand est d’une façon ou l’autre responsable de sa douleur et de la souffrance provoquée par la liaison de sa femme», a jugé Nigel Willis, cité par le journal afrikaans.

«Je sais que les justiciables peuvent faire preuve d’imagination à Johannesburg, mais cette plainte mérite un prix spécial», a-t-il ajouté, notant que le droit sud-africain ne prévoyait pas un tel cas.

«Je ne suis pas complètement sûr que dans ce pays nous puissions permettre aux gens de réclamer des dommages et intérêts parce que les gens tombent amoureux au travail. Cela arrive tout le temps!».

M. Ramnath, qui estimait que FirstRand devait être tenue responsable parce que c’est en y travaillant que sa femme a rencontré son amant, a été débouté et devra payer les frais de justice engagés par la banque.

liu/aub

AFP