Un violeur poursuit la prison... pour récupérer ses photos porno

L’homme, âgé de 46 ans, exige qu’on lui rende 200 photos qui lui ont été confisquées lors de son transfèrement à la prison de Gwangju fin 2012, a précisé à l’AFP un porte-parole de l’établissement.

Les détenus sont généralement autorisés à détenir du matériel pornographique mais les photos saisies étaient «hors-norme», selon le porte-parole.

«L’autoriser à les garder va à l’encontre des objectifs de réhabilitation de la prison compte tenu de leur quantité et de leur degré d’obscénité», a-t-il souligné.

Une audience a été fixée en mars.

«Nous avons déjà enregistré des plaintes de détenus à qui on avait confisqué des effets pour une raison ou une autre, mais jamais concernant de la pornographie», a encore indiqué le porte-parole.