Courtrai: Rouslan le tatoueur récidive

« All for Love » : ces mots étaient déjà tatoués au-dessus du sourcil gauche de la Russe Olesya. « Elle a demandé très sérieusement la suite », affirme Rouslan Toumaniantz en souriant. Il lui a donc tatoué son propre nom sur la joue. Ce qui n’a évidemment pas manqué d’en surprendre beaucoup. Mais, comme le dit Rouslan : « Nous savions que 90 pour cent des gens allaient nous prendre pour des fous. Tant pis, c’est comme ça. Tout ce qui compte pour nous, c’est ce que nous ressentons. C’est notre histoire d’amour. »

Rouslan Toumaniantz s’est fait connaître voici trois ans dans notre pays (et dans le reste du monde) quand a éclaté l’affaire Kimberley Vlaeminck. Pour rappel, cette jeune fille avait demandé à Rouslan de lui tatouer quelques étoiles sur le visage, mais elle s’était endormie durant les opérations. À son réveil, son visage était orné de… 56 étoiles. Kimberley avait affirmé par la suite que ce n’était pas ce qu’elle voulait et elle avait demandé réparation devant les tribunaux. L’affaire n’avait pas été plus loin.

« J’ai été présenté comme un monstre », reprend le Courtraisien. « C’était la brave fille contre la bête tatouée  ! Mais bon, moi je ne vis que pour mon entreprise de tatouage et finalement, ça ne m’a pas porté préjudice »

Retrouvez notre reportage complet dans les journaux Sudpresse de ce vendredi et dans nos éditions en numérique