Fukushima: l’ancien patron de la sûreté nucléaire entendu par la police

Les enquêteurs ont auditionné Haruki Madarame, ancien chef de l’agence publique chargée d’apporter au gouvernement l’expertise et le conseil techniques après le séisme et le tsunami qui ont dévasté le nord-est du pays et entraîné un désastre atomique à la centrale Fukushima Daiichi.

Selon la NHK, M. Madarame est visé par une plainte des riverains de Fukushima qui l’accusent de négligences.

Ils lui reprochent notamment d’avoir tardé à rendre public des informations sur la contamination autour de la centrale mais aussi de n’avoir pas pris les mesures nécessaires pour protéger la centrale d’un tsunami.

L’agence de sûreté nucléaire, trop inféodée au ministère de l’Industrie, a été remplacée en septembre 2012 par un organisme indépendant du gouvernement pro-nucléaire.

Les enquêteurs ont également auditionné des responsables de Tokyo Electric Power Co (Tepco), l’exploitant de la centrale accidentée, selon la NHK.

Quatre des six réacteurs de la centrale Fukushima Daiichi ont été gravement endommagés par le séisme et le tsunami dans le nord-est du Japon le 11 mars 2011, rejetant des quantités considérables de substances radioactives dans l’environnement et conduisant 160.000 personnes à quitter leur domicile.