Sa fille avec le voile islamique en maternelle: la commune belge refuse, le père la déscolarise!

C’est le genre d’histoire dont se passeraient bien tous les échevins de l’enseignement. Voici quelques jours, une petite fille scolarisée dans une école fondamentale de la commune d’Aubange -au niveau maternel- s’est présentée en portant un voile. Ce qui est très fréquent dans les grandes villes « mais beaucoup moins dans nos régions rurales », concède François Rits, échevin PS de l’enseignement. De fait, plusieurs parents d’autres élèves ont été choqués. La directrice a été avertie de leur colère, puis l’a relayée vers le collège communal. Le papa de l’enfant a été entendu. Il a expliqué que le port du voile était important dans sa famille et que la petite fille voulait simplement imiter sa maman, musulmane pratiquante. Les échanges ont été tendus. La commune proposait que la fillette ôte son voile en arrivant à l’école, et le remette après. Ou bien soit inscrite dans un autre établissement scolaire. Le père, lui, a campé sur ses positions. « On ne va pas parler de menaces, mais il nous a considérés comme des racistes. Or, les règlements de nos écoles interdisent tout signe distinctif d’appartenance à une religion. Et là où cela n’est pas encore le cas, le collège va le faire sous peu. », complète François Rits. Le problème a été résolu depuis. Au détriment de l’enfant. La petite, vu son âge, n’est pas soumise à l’obligation scolaire. Son papa l’a donc retirée de l’école.