Les Belges tentent de plus en plus de ne pas payer leurs amendes pour infractons routières

C’est ce que rapportent jeudi la Gazet van Antwerpen et Het Belang van Limburg.

La différence est toutefois minime: en 2011, il s’agissait de 387 millions d’euros. La majeure partie provient des perceptions directes, soit la plupart du temps des amendes comprises entre 50 et 100 euros qui sont payées par virement bancaire. Mais selon les journaux, les automobilistes évitent de plus en plus souvent de payer de gros montants. «C’est une tendance claire», indique Kathleen Stinckens, de l’Union royale des juges de paix et de police. 39 millions d’euros ont toutefois encore été perçus l’an dernier via les tribunaux de police.

Un deuxième élément pour expliquer ces revenus moindres est l’annonce des «super-amendes» en avril dernier. «Celles-ci ne seront d’application qu’en mars prochain, mais on peut imaginer qu’elles ont déjà eu un effet dissuasif», déclare pour sa part le Secrétaire d’État à la Mobilité, Melchior Wathelet (cdH).