Monseigneur Léonard: "Je suis trop âgé et n’ai pas assez d’expérience internationale pour être pape"

«Ce n’est pas totalement une surprise car Benoît XVI avait lui-même indiqué qu’il se retirerait quand il ne serait plus en mesure d’assurer ses fonctions. Et en octobre, nous avions pu voir qu’il avait beaucoup faibli», a expliqué Monseigneur Léonard en évoquant le «très beau geste» du pape.

«Je tiens avant tout à exprimer ma reconnaissance à l’un des papes les plus brillants, d’un point de vue intellectuel et théologique, de ces 150 dernières années. C’est un esprit brillant et un coeur très humble, dont je retiendrai l’intelligence, l’esprit de synthèse mais aussi l’humour», a-t-il ajouté.

Benoît XVI, «c’est un style très différent de celui de son prédécesseur, Jean-Paul II, sans doute moins à l’aise dans la foule mais avec qui nous pouvions avoir des conversations privées très intéressantes», a poursuivi l’archevêque. Ce dernier connaît le pape depuis de longues années. «Dire qu’il est mon ami, c’est aller trop loin mais nous nous connaissons bien et j’ai été heureusement surpris quand il a été élu en avril 2005, malgré la réputation que d’aucun lui avait injustement faite

«Je suis trop âgé et je n’ai pas assez d’expérience sur le plan international": c’est en ces termes que l’archevêque Mgr André-Joseph Léonard a laissé ensuite entendre, qu’il n’ambitionnait pas de devenir le prochain souverain pontife. L’archevêque André-Joseph Léonard n’a pas encore le titre «nobiliaire» de cardinal et ne peut de ce fait participer à ce vote. Cela le désole-t-il? «Désolé? Non, je ne suis jamais désolé par quelque chose», a-t-il répondu.

«Nous entrons désormais dans une période de méditation, de recueillement et d’écoute des besoins de l’église», a encore déclaré Monseigneur Léonard. Selon ce dernier, les 119 cardinaux électeurs, dont le Belge Godfried Danneels, devraient se réunir en mars afin d’élire un nouveau pape. Les qualités que ce dernier devra posséder: avoir moins de 80 ans, être en bonne santé, aimer le contact avec les gens, disposer d’une expérience internationale et être ouvert au dialogue entre les religions. «Mais je ne fais pas partie du conclave qui élira le successeur de Benoît XVI», a enfin rappelé Monseigneur Léonard. «Déçu? Je ne m’attarde pas à ce genre de pensées. J’ai vécu 73 ans ainsi et je ne m’en porte pas plus mal», a-t-il conclu.