Les «Brangelina», célèbres et vignerons, sortent leur cru en Provence

L’étiquette est ronde et élégante, sur une bouteille bombée, et porte la mention «Miraval Côtes de Provence», du nom de la propriété des deux célébrités. La contre-étiquette mentionne leurs deux noms.

«Nous avons trouvé les étiquettes ensemble», raconte fièrement Marc Perrin, vigneron, membre de la famille Perrin, propriétaire de plusieurs vignobles, dont le Château de Beaucastel (Chateauneuf du Pape). Il affirme avoir rencontré les acteurs une dizaine de fois depuis l’été dernier, après avoir été présentés «par des amis communs».

Les Jolie-Pitt ont pris leurs quartiers en juin 2008 dans le beau domaine situé à Correns, qui leur sert de résidence estivale. La bâtisse du XVIIe siècle est entourée de 500 hectares, dont 50 ou 60 hectares de vigne, explique M. Perrin.

Il insiste sur «le potentiel exceptionnel du terroir de Miraval». «La propriété, à 350 mètres d’altitude, détient sa propre vallée, ce qui permet d’avoir différentes expositions», détaille-t-il.

Du vin était déjà produit à Miraval, mais le couple veut maintenant s’impliquer, selon M. Perrin. «Ils veulent être fiers du vin produit sur leur propriété. Ils recherchent vraiment l’excellence». Ils ont créé une société commune «pour faire distribuer le vin dans le monde».

Le couple rejoint de nombreuses autres stars qui ont investi dans le vin, pour une question d’image, par intérêt financier ou par passion. Parmi elles, et non loin de chez eux, le champion de Formule 1, Michael Schumacher possède un vignoble à Saint-Raphaël, classé en Côte de Provence. Johnny Hallyday, lui, a choisi le Domaine Saint-Martin de Graves dans l’Hérault, où sont produites 30.000 bouteilles en rouge, rosé et blanc.

Le plus connu est Gérard Depardieu, un passionné qui a plusieurs vignobles notamment dans le Bordelais et le Languedoc.

En ce qui concerne «le Miraval Côtes de Provence», Marc Perrin parle de 150.000 bouteilles de rosé mises sur le marché pour la première année. Il y aura également, plus tard, du rouge et du blanc. En France, le rosé coûtera «autour de 15 euros» et se vendra «chez les bons cavistes et dans les bons restos».