Fanny Neguesha, la muse belge de Balotelli, nouvelle égérie du Milan

Elle s’est littéralement déchaînée, chorégraphie à l’appui, quand son amour de joueur a inscrit le deuxième but rossonero sur coup franc. Son amour parce que le doute n’est plus permis: Fanny a dessiné à son adresse un cœur avec ses deux menottes. Et si Balotelli a dédié son action victorieuse à sa famille sans citer sa nouvelle flamme, il ne faut pas y voir le feu couver dans leur relation. Au contraire même, la semaine dernière, SuperMario s‘est rendu dans les faubourgs de Brescia pour présenter Fanny à Silvia, sa mère adoptive.

Depuis qu’il a rejoint le Milan, en toute fin de mercato, Mario Balotelli n’en finit plus de marquer: quatre buts - deux sur action, un sur penalty, un sur coup franc - en trois matches. L’international italien est à un but du record de Bierhoff, qui avait inscrit 5 buts lors de ses 4 premiers matches sous le maillot du Milan. Et dimanche, c’est le derby contre l’Inter, l’ancienne équipe de Balo!

PRESENTEE A SA MAMA

Tous marqués en championnat. Et la nouvelle folie de Silvio Berlusconi ne pourra pas poursuivre sa belle série en Ligue des Champions, mercredi contre le Barça, puisqu’il ne peut la disputer, à cause de sa présence dans cette même compétition avec City en phase de poules. L’occasion de voir les deux tourtereaux côte à côte dans les travées de Meazza.

C’est que les supporters milanistes apprécient autant la sérénité que Fanny semble conférer à leur chouchou que sa beauté. «Les caméras de Sky ont réalisé plus de plans de toi que de la rencontre», récite un tweeter ravi de ce choix. Pas à dire, Fanny a conquis San Siro avec ses sourires en même temps que Mario se l’est mis en poche avec sa régularité devant les buts adverses.

EN TRIBUNE AVEC ELLE FACE AU BARCA

La muse belge de SuperMario a donc quitté son appartement parisien pour demeurer le plus régulièrement possible aux côtés de son champion, rencontré à Londres, et avec qui elle se trouvait quand Mario avait reçu la nouvelle de la naissance de sa fille, Pia, qu’il n’a toujours pas vue, mais dont il aura bien du mal à nier la paternité tant elle lui ressemble. Mais tout ça, c’est une autre histoire. Un autre Mario, rangé dans l’armoire à souvenirs, grâce à Fanny.