A 101 ans, ultime tour de piste pour le «plus vieux» marathonien du monde

Il a réussi son meilleur temps à Toronto, en 5 heures, 40 minutes et 4 secondes.

Dimanche, en marge du marathon de Hong Kong, il a couvert 10 kilomètres en 1 heure, 32 minutes et 28 secondes, soit 30 secondes de moins que l’an dernier sur la même épreuve. «Ce jour est l’un des plus heureux de ma vie», a déclaré à l’arrivée le centenaire qui ne parle que le pendjabi et dont les propos sont traduits en anglais par un interprète.

Singh, qui fêtera ses 102 ans le 1er avril, a expliqué qu’il prenait sa retraite de coureur de fond parce que la course devient «difficile» à son âge, même s’il n’est pas malade.

Il ne participera plus aux compétitions, mais pas question de s’arrêter de courir: il continuera d’aligner les foulées, pour «prendre soin de (sa) santé».

Pesant à peine 52 kg, le visage orné d’une longue barbe blanche et la tête coiffée d’un turban orange imposant, cet ancien agriculteur du Penjab a commencé à courir après la mort de sa femme et d’un fils.