Le passage en D2 a plombé les comptes du Sporting de Charleroi... en situation de faillite virtuelle

Avant de céder le Sporting, Abbas Bayat avait tout fait pour le ramener en D1 en un an et y était d’ailleurs arrivé. Mais le passage en D2 a eu un coût non négligeable. Cela se traduit dans les comptes annuels, officiels depuis hier. Sur le site Internet de la BNB, on peut constater que la perte au 30 juin 2012 est de 4,8 millions. On note aussi que les transferts internes (vers Sunnyland, autre société d’Abbas Bayat) ont continué à être la règle.

Cette situation comptable peut être qualifiée de faillite virtuelle et, s’il ne s’agisait d’un club de foot avec certains actifs sportifs (la valeur du noyau, certes aléatoire), le dépôt de bilan serait la seule solution. On n’en est cependant pas là et Mehdi Bayat, qui n’ignorait rien de cette situation avant de se lancer dans la reprise du club cette saison, se dit d’ailleurs optimiste.

Un dossier à lire dans toutes les éditions de Sudpresse ce matin !