Procès De Gelder : “Cela pouvait être n’importe qui, n’importe où”

Les victimes de Kim De Gelder ont été choisies totalement au hasard, a témoigné Luc Cocquereaux, l’agent ayant géré le dossier, vendredi matin devant la cour d’assises de Flandre orientale. “Cela pouvait être n’importe qui ou n’importe où.” La matinée sera entièrement consacrée aux auditions du gestionnaire du dossier Luc Cocquereaux et à l’analyste Peter D’Hondt. Luc Cocquereaux détaille les résultats de l’équipe d’enquêteurs. “L’équipe a par exemple dû vérifier si De Gelder avait agi seul. Je peux être très bref, il n’y avait pas de complice. C’est ce qui est ressorti de la perquisition, de l’examen de son ordinateur portable et de la téléphonie. L’équipe a aussi indiqué qu’un témoin a vu Kim De Gelder dans le jardin de la crèche Fabeltjesland, dans la dernière phase des faits. “Marchant résolument entre les enfants en agitant la main droite en direction des enfants” et “donnant des coups de pied dans la tête d’un enfant (comme si c’était un ballon de foot)”, a résumé Luc Cocquereaux.