Les ouvriers d’Arcelor vont bloquer les frontières vendredi matin

La dimension européenne des derniers drames sociaux n’a échappé à personne. Il faut un plan européen de l’acier, mais également de l’industrie, si on veut se prémunir à l’avenir de gros problèmes comme ceux que vivent actuellement les ouvriers d’Arcelor, de Florange, de Caterpillar, de Genk, d’Amiens et de tant d’autres endroits.

Les syndicats liégeois ont donc décidé hier de lancer une nouvelle action-choc à l’échelon européen. Aidés de leurs collègues luxembourgeois et français, ils vont bloquer durant trois heures vendredi matin les postes frontière du pays. Les ouvriers liégeois s’occuperont de celui de Maastricht et de celui d’Eynatten. Une nouvelle action de grève de 24 heures a déjà été décrétée dans tout le bassin pour vendredi.

Par ailleurs, des contacts seront pris dès ce mardi pour demander aux ouvriers de Caterpillar et de Ford Genk de faire de même dans leur région.

Concrètement, il s’agira de ne laisser passer les véhicules qu’au compte-gouttes et d’expliquer leur action via des distributions de tracts.