Procès De Gelder: d’abord détenu modèle, il est ensuite devenu révolté et on craignait un suicide

Le gardien a expliqué qu’il a ensuite vu le comportement de Kim De Gelder changer. Il est devenu révolté. «Il se dissimulait sous la table ou le lit et a fait plusieurs fois la grève de la faim, je crois», a témoigné le gardien. Kim De Gelder devait être contrôlé tous les 7,5 minutes par crainte d’un suicide. Le gardien a indiqué que l’accusé a refusé à plusieurs reprises de prendre ses médicaments. Son comportement a changé après plusieurs jours dans un sens négatif, a-t-il constaté.

Le ministère public a demandé au gardien s’il avait connaissance d’un incident avec un co-détenu. Kim De Gelder aurait lancé à un musulman des «sales choses sur sa mère». Le gardien a confirmé que l’accusé avait prononcé des «choses vulgaires».

Kim De Gelder lisait des livres à la prison, selon le gardien. Il était intéressé par les ouvrages sur les syndromes. «Il y avait également beaucoup de Bob et Bobette», a indiqué l’avocat Jef Vermassen.

Avant que Kim De Gelder ne demeure dans le département haute sécurité, il a d’abord séjourné au centre médical de la prison. Un gardien de ce département a expliqué que l’accusé ne voulait d’abord pas parler. Lorsqu’un gardien a réussi à lui parler, Kim De Gelder a pleuré en silence. Quelques jours plus tard, les discussions étaient faciles. Le gardien a été frappé que Kim De Gelder connaissait bien l’évolution des cellules cancéreuses.