Ardèche: la grand-mère sur une grue à Privas est descendue

Encordée, April Reiss, 70 ans, a entamé la descente des gants aux mains et une capuche sur la tête.

Nicolas Moreno, le père qui s’était déjà retranché sur une grue à Nantes en février et qui l’accompagnait samedi, est descendu derrière elle.

«Je suis montée là-haut parce que je me sentais totalement désespérée. Cette action était destinée à me faire entendre car je cherche la justice» et «rester plus longtemps en haut n’aurait rien apporté de plus», a-t-elle déclaré une fois redescendue.

«Je n’ai pas vu Rose depuis très longtemps, presque trois ans et j’étais très proche d’elle», a regretté Mme Reiss qui serait heureuse d’avoir «au moins 10 minutes» avec elle.

April Reiss, 70 ans, avait décidé samedi matin de se hisser en haut d’une grue de 30 mètres, sur un chantier de réhabilitation en plein centre-ville de Privas.

Elle avait déployé une banderole: «Rose, 2 ans sans sa grand-mère» et expliqué plus tôt à l’AFP avoir obtenu «une décision de justice favorable pour voir Rose», sa «petite-fille de 6 ans, mais sa mère m’en empêche».

Interrogé par l’AFP, le procureur de la République de Privas, Dominique Sénéchal, a qualifié cette action de «manipulation» et a rappelé que le père de Rose, résidant aux Vans (Ardèche), était mis en examen pour agression sexuelle sur sa fille et sous contrôle judiciaire.