L’internat de Bonne-Espérance sera mixte

Depuis de nombreuses années, l’accès aux cours du Collège de Bonne-Espérance est devenu mixte. Cependant, son internat n’était toujours accessible qu’aux garçons. Une vraie tradition pour le Collège créé il y a plus de 180 ans. Mais, à partir de l’année prochaine, tout va changer. En effet, une ancienne aile a été entièrement réaménagée en 25 chambres pour les filles.

Six pièces sont déjà terminées et les autres devraient l’être pour fin mai. « Nous envisagions ce projet depuis trois ans mais il demandait beaucoup de réflexion sur l’accueil de nos nouvelles pensionnaires. Chaque année, nous avons une quinzaine de demandes de filles et nous stagnions sur notre nombre d’internes garçons. En ouvrant nos portes aux filles, nous aurons plus de pensionnaires mais cela demande de répondre à des exigences tout à fait différentes », explique Didier Lebacq, sous-directeur de l’établissement. Un aménagement spécial a donc été conçu pour séparer chambres et couloirs.

Chaque chambre individuelle sera composée d’un lit, d’un bureau, d’une penderie, de rangements et d’un coin lavabo. Pour éviter les « dérapages », le règlement de l’école, notamment au niveau des petits couples, sera appliqué aux internes. « Mais ça ne nous inquiète pas vraiment. Sur nos 500 élèves, il y a seulement trois couples  ! », affirme le sous-directeur.

Du côté des activités, quelques adaptations seront aussi nécessaires. «  Les filles et les garçons auront les mêmes activités pendant la journée et la soirée. Par contre, nous allons prévoir des choses qui seront dédiées uniquement aux garçons ou uniquement aux filles », annonce déjà M. Lebacq. Actuellement, les 38 garçons du pensionnat occupent leur temps libre à la réalisation de leurs devoirs puis à la participation à des activités de l’équipe éducative ou à des activités libres. «  Chaque soir, ils font des jeux de société, du sport, des soupers raclette ou pierrade, des sorties au théâtre pour voir un humoriste, etc. Je ne suis même pas sûr que nos extérieurs ont l’occasion de participer à autant de choses », décrit le membre de la direction. La plus grande difficulté pour lui sera d’élaborer un encadrement aussi performant pour les filles que celui qui est en place pour les garçons. « Depuis tout ce temps, nous sommes devenus les spécialistes de l’internat de garçons. Accueillir des filles sera une chose positive pour l’évolution des jeunes adolescents qui doivent apprendre à connaître l’autre sexe. C’est aussi tout neuf pour nous. Nous avons dû réfléchir à la façon de construire un projet autour des filles. Par exemple, nous avions aussi uniquement des éducateurs hommes pour les garçons. Nous avons donc choisi une éducatrice qui s’occupera parfaitement des nouvelles pensionnaires », avoue Didier Lebacq. De quoi assurer une bonne rentrée aux toutes premières internes du Collège Bonne-Espérance.