Neige sur nos routes: avez-vous le droit de ne pas vous rendre au boulot?

L’UCM rappelle les principes en cas d’absence ou de retard au travail lorsque les intempéries rendent la circulation difficile.

«Le principe légal est que le salaire est dû... si le travail est fait. Sinon, il faut prendre un jour de congé, ou renoncer à sa rémunération.» Toutefois, «selon la jurisprudence, un salarié a le devoir d’essayer d’arriver (à temps) à son travail, mais il n’est pas tenu de prendre des risques excessifs», explique l’Union.

L’UCM souligne que le retard ou l’absence ne peut pas être la conséquence d’une négligence ou d’un manque de prévoyance.

«Le fait de ne pas avoir de pneus hiver, par exemple, n’est pas un motif valable pour ne pas se rendre au travail. A l’inverse, un salarié qui a pris la route pour se rendre à son travail mais a dû faire demi-tour parce que les routes étaient impraticables a une raison valable d’absence et garde même en principe le droit à son salaire.»

En cas d’absence, l’employeur doit être informé au plus vite et le salarié doit prouver qu’il s’agit «d’un cas de force majeure». Si la météo s’améliore, il devra d’ailleurs se remettre en route, souligne encore l’Union des classes moyennes.