Philippe Gilbert (32e à Milan-San Remo): «L’affaire de la cortisone n’a pas joué sur mon mental»

«Après le deuxième départ, c’était très difficile et surtout très très rapide. On savait qu’il fallait impérativement se trouver en permanence dans le top 10 pour gagner. J’ai pris la tête au sommet, de telle façon je pouvais choisir ma propre trajectoire. Dans le bas, nous étions un petit groupe de 8 ou 9 coureurs, mais cela ne s’est pas organisé dans le groupe et donc cela n’a pas abouti. J’ai encore essayé avec Jurgen Roelandts de revenir sur Chavanel, Vorganov et Stannard, mais je trouvais que cela n’avait aucun sens de poursuivre. En regardant après coup, nous aurions peut-être mieux fait d’encore essayer de boucher le trou» explique le champion du monde.

Faisant référence à la polémique lancée par le quotidien néerlandais NRC Handelsblad concernant une éventuelle prise de cortisone, Philippe Gilbert a voulu une nouvelle fois préciser que cette affaire n’a pas joué sur son mental. «Moralement, j’étais bien. Je sais ce que c’est. J’ai de l’expérience et j’ai appris à faire le tri dans tout ce qui se dit» conclut-il.

Sur Twitter, Gilbert s’est également exprimé : « Quelle journée ! Chacun devrait recevoir une médaille ! Et beaucoup de respect !! Maintenant, repos avant les courses agréables ».