Marc Wilmots, coach des Diables: "J’alignerais sans hésiter le Fellaini du Standard"

L’époque où il suffisait comme Carl Hoefkens de jouer dans le Championship anglais (D2) pour être incontournable en équipe nationale est révolue. Trois stars de la Premier League (D1), Simon Mignolet (Sunderland), Marouane Fellaini (Everton) et Romelu Lukaku (West Bromwich Albion) vous le confirmeront.

Pareil luxe confronte forcément le sélectionneur à un roulement de questions auxquelles Marc Wilmots a eu le bon goût de ne pas répondre par la formule pourtant vraie en football, affirmant que le gagnant a toujours raison. Il a au contraire volontiers évoqué les cas Fellaini et Lukaku en conférence de presse, ce mercredi, à l’Union Belge. «Marouane est pratiquement attaquant à Everton», fait-il remarquer. «Il s’en sort d’ailleurs fort bien. Mais c’est au poste de milieu de terrain que j’ai besoin de lui. Une position exigeant beaucoup d’automatismes. Or ceux-ci manquent aujourd’hui à Marouane, qui a désormais d’autres réflexes. On en a d’ailleurs parlé ensemble et il est d’accord. Il sait que j’alignerais sans aucune réticence le Fellaini qu’on a connu au Standard. Tout cela n’indique certes pas qu’il ne jouera pas non plus le 7 juin contre la Serbie. Mais l’idéal serait quand même qu’il recule dans le jeu en Angleterre...»

Et Romelu? «Il y a neuf mois, vous me posiez la même question à propos d’Eden Hazard», rétorque Wilmots. «Voyez où on l’a mené depuis. Ce sera pareil avec Lukaku. Vital (Borkelmans) et moi même sommes entièrement satisfaits de lui. C’est juste une question de temps...»

«Expliquer à Mertens? Lui expliquer quoi?»

Marc Wilmots a aussi réagi avec vigueur lorsqu’un journaliste a évoqué l’incompréhension de Dries Mertens, remplacé à la mi-temps. «Lui expliquer? Lui expliquer quoi?», a répondu Willie. «J’ai été joueur, je sais que cela ne fait pas plaisir d’être sur le banc ou d’être remplacé mais cela fait partie du jeu. Je veux éviter de polémiquer car Dries était et reste une pièce très importante dans mon effectif. Ce mardi, sa mission était de fatiguer le back droit adverse, Georgievski, qui manquai de rythme après une fracture du péroné. Il l’a très bien fait et Eden en a profité en 2e mi-temps, en passant davantage par cette zone... Le coach macédonien m’a félicité pour cette ruse d’ailleurs. (il sourit) Mais j’attendais quand même plus de pénétrations de la part de Dries. Et je voulais aussi qu’il provoque davantage