Mort de Gérald Babin à Koh-Lanta: "Il appelait à l'aide et la production a refusé d'intervenir!"

Selon la version officielle, celle qu’Adventure Line Productions a diffusée par communiqué de presse, le jeune homme avait été pris de crampes au cours de la première épreuve. Soigné par le médecin présent sur place, il avait fait un premier arrêt cardiaque sur la plage mais avait pu être réanimé. Il avait ensuite été évacué par hélicoptère. Victime d’un deuxième arrêt cardiaque au cours de son transfert, il avait à nouveau été réanimé. Il avait finalement succombé à un troisième arrêt cardiaque alors qu’il était enfin arrivé à l’hôpital.

Une version officielle totalement contredite par le témoin anonyme d’ASI. Qui explique que, lorsque Gerald s’est effondré sur la plage, la prod n’a pas autorisé le médecin à intervenir directement. Pour le témoin, il était évident que le garçon allait très mal avant même le début de l’épreuve. Puis il s’effondre, la tête dans le sable. Et c’est là que la production empêche le médecin d’intervenir. « Quelques minutes se passent », explique le témoin cité par ASI. « Le médecin présent sur place s’inquiète et demande l’autorisation à la production d’intervenir. La production refuse : pas avant que le jeu ne soit terminé. D’autres minutes se passent. Le médecin insiste. Même refus de la production. Gérald gît toujours par terre, la tête dans le sable, immobile. Certaines personnes me rapportent avoir entendu Gérald appeler « A l’aide ! » (…) La production refuse toujours l’intervention. Finalement, le jeu se termine. Il s’est écoulé environ 10 minutes, peut-être plus, entre le moment où Gérald s’est effondré et le moment où le médecin intervient finalement (…) L’intervention du médecin est filmée, et comme la première prise de son intervention n’est pas bonne, on lui fait rejouer son entrée. »

Pas un hélico, un bateau

Décision est finalement prise d’évacuer le jeune homme. Et oui, il y a un hélico disponible. Mais, toujours selon le temoin d’ASI, la production va, dans un premier temps, refuser de faire décoller l’appareil. Trop coûteux ! Appel sera donc fait au bateau… Bien plus lent. « Gérald est embarqué », poursuit le témoin. « Le trajet jusqu’à l’hôpital doit durer plusieurs heures. Il reperd connaissance à bord du bateau. Le médecin s’inquiète sérieusement et demande une évacuation en hélicoptère. Malheureusement, on ne retrouve pas le numéro de mobile du pilote de l’hélicoptère : on perd encore beaucoup de temps pour finalement être capable de le joindre. On parvient une nouvelle fois à ranimer Gérald à bord du bateau. Il embarque finalement dans l’hélicoptère, des heures (au moins deux heures) après son malaise initial. » Le jeune homme ne sera plus revu vivant…

Cette version des faits, ASI a tenté de la vérifier auprès de la société d’hélicoptères. Qui confirme que Gérald Babin était bien sur un bateau au moment où la production a appelé…

Contactées par ASI, TF1 et Adventure Line Productions ne confirment ni n’infirment ce témoignage. Aucune n’a souhaité répondre s‘en tenant à un « comme on ne sait pas d’où viennent ces accusations, on ne répondra à aucune question. » Il va sans doute falloir faire mieux…