165 des 200 familles les plus riches de Belgique viennent de Flandre

Au-delà de la surprise, sans cesse renouvelée, face à ces portefeuilles à six ou neuf « zéros » en euros, les deux listes permettent d’épingler les nouveaux venus dans le monde très peu peuplé des très grandes fortunes nationales. Elles nous rappellent aussi les secteurs porteurs de grande richesse dans notre pays : grande distribution, construction, banques et assurances, logistique et immobilier. Mais aussi presse, bière, automobile, produits frais ou surgelés, textile, énergie verte ou… élevage de cochons et recyclage de vieux métaux.

Sans surprise, on constatera aussi qu’en achetant sa mayonnaise habituelle, son saucisson ou sa boîte de biscuits, on enrichit un peu plus quelques familles déjà très bien loties, tout en savourant goulûment nos produits favoris !

Dans ce top 200, 165 places sont occupées par des familles flamandes pour 35 aux familles francophones. Ces 200 familles disposent à elles seules de 5 % de la fortune de tous les ménages du pays !

Quelles sont les 10 familles les plus riches (en euros) ?

AB Inbev (+ 16 places par rapport à 2000, brasserie Jupiler, Stella…, Leuven, 25,6 millards) 2. Albert Frère (gestion de fortune, Charleroi, 2,9 milliards), Emsens (+ 2 places, construction, ex Eternit, Campine et Bxl, 2,4 milliards), 4. Colruyt (statu quo, distribution, 2,3 milliards, Halle) 5. De Nul (+18, dragage et construction, 1,7 milliard, Alost) 6. Lhoist-Berghmans (+1, production de chaux, 1,7 milliard, Clavier/Liège) 7. Huts (+152, manutention, 1,1 milliard, Anvers), 8. D’Ieteren (-5, distribution automobile, 1 milliard, Bxl), 9. Van Rompuy (banque Argenta, 945 millions, Anvers).

Qu’en est-il du Roi Albert II ?

Présent à la 25e place dans le premier ouvrage de Verduyn, le Roi (estimé à 300 millions d’euros à l’époque) n’apparaît plus dans le top 200 d’aujourd’hui pour une raison toute simple : le palais lui-même a assuré qu’Albert ne pesait à l’époque que 12,5 millions d’euros. Si ce dernier chiffre semble très loin de la fortune réelle de notre souverain, Verduyn l’a poliment sorti de sa liste, précisant – sans doute avec un brin d’ironie : « Qui sommes-nous pour mettre en doute la parole de la famille royale ? »

Retrouvez notre dossier complet dans nos quotidiens de ce vendredi.