Koh-Lanta: Gérald Babin victime d’une «défaillance cardiaque» due à une pathologie

Les examens médico-légaux n’ont pas conduit à la découverte de traces d’anabolisants ou de «substance médicamenteuse toxique ou stupéfiante» dans le corps de Gérald Babin, selon un communiqué transmis à l’AFP par le procureur de la République de Créteil, Nathalie Bécache.

Un spécialiste : « Le problème cardiaque du candidat décédé a priori détectable par électrocardiogramme »

La pathologie du coeur qui serait à l’origine du décès du candidat de l’émission «Koh-Lanta» peut normalement être détectée par un électrocardiogramme, selon une cardiologue.

D’après les conclusions d’un pré-rapport d’autopsie rendues publiques vendredi par le parquet de Créteil, le décès du candidat de «Koh-Lanta» Gérald Babin, 25 ans, est imputable à «une défaillance cardiaque sur cardiopathie dilatée», pathologie du coeur qui peut être congénitale ou bien «acquise» à la suite d’une infection par exemple.

«Sur une cardiopathie dilatée, on peut être mis en alerte par un électrocardiogramme pas tout à fait normal, complété par une échographie», a expliqué le Dr Claire Mounier-Vehier, cardiologue, chef du service de médecine vasculaire et hypertension artérielle au CHRU de Lille et vice-présidente de la Fédération française de cardiologie (FFC). Ce bilan peut être complété par une IRM cardiaque pour confirmer le diagnostic, a-t-elle ajouté.

«Une cardiopathie dilatée est une cause d’exclusion d’un club sportif», a précisé cette spécialiste, soulignant que ce type de pathologie, où les cavités du coeur sont trop grandes, est associé à un risque accru de mort subite.

«En état de base ou avec un effort normal, la personne peut être asymptomatique (à savoir ne rien ressentir d’anormal). Mais si s’ajoute une grosse dose de stress, cela peut faire dérailler une machine», a expliqué le Pr Mounier-Vehier.

La société de production Adventure Line Productions (ALP), qui produisait ce jeu pour TF1, n’avait pas retourné les appels de l’AFP vendredi en début d’après-midi.