En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueLigue des Champions Accueil

Ce n’est un secret pour personne : la pandémie de Covid-19 est une catastrophe pour les indépendants qui luttent pour maintenir leur activité vaille que vaille. Certains accusent le coup plus que d’autres. C’est notamment le cas Fabienne Frankreter, une coiffeuse de 53 ans à Haut-Fays. Jamais cette mère de famille n’aurait pu penser que la pandémie de Covid-19 allait la plonger dans une telle détresse financière et psychologique. Aussi, c’est un véritable appel à l’aide qu’elle nous livre aujourd’hui.

Un rêve qui se transforme en cauchemar

« J’ai travaillé pendant plus de 30 ans pour une enseigne de la grande distribution qui a dû se résoudre à lancer un plan de transformation. Je faisais partie des personnes licenciées », entame-t-elle. Mais pas question de se morfondre pour autant. Cette mère de famille décidera de lancer son salon de coiffure, sa grande passion. « Pour éviter de faire concurrence à des jeunes, j’ai regardé quel village ne disposait pas de salon de coiffure. C’est donc pour cette raison que je me suis installée à Haut-Fays, dans la commune de Daverdisse. J’ai utilisé l’argent de mon préavis pour me lancer ». Nous sommes donc le 1er août dernier lorsque Fabienne démarre son activité, un pari risqué alors que le pays continuait de lutter contre le virus. « Mais j’étais confiante. Le gouvernement avait annoncé qu’il n’y aurait pas de seconde fermeture des commerces. »

Et pourtant, la suite, on la connaît tous : un second confinement et une fermeture des commerces dits « non-essentiels ». Une situation qui a plongé la mère de famille dans une détresse financière catastrophique. « Je ne fais que pleurer, c’est très difficile pour moi d’en parler », souffle Fabienne, très émue. « Je suis anéantie. »

« J’ai besoin d’aide »

Les mots qu’emploie la coiffeuse sont très durs et font écho à la triste actualité, avec cette jeune barbière liégeoise, Alysson, qui a mis fin à ses jours suite à d’importantes difficultés financières liées à la crise sanitaire. « Pour être totalement franche, mon fils m’a dit de ne pas faire de bêtise. » Psychologiquement, elle explique être arrivée au bout. « J’aime mon mari plus que tout ainsi que mes enfants. Je crois que si je ne les avais pas, je prendrais ma voiture et j’irais me jeter contre un arbre », lance Fabienne, des sanglots dans la voix.

Selon Fabienne, elle n’a droit à aucune aide financière. « J’ai contacté différents cabinets ministériels, l’UCM, le syndicat des coiffeurs, mais à chaque fois les réponses sont les mêmes : je n’ai droit à rien. Les raisons ? Je ne paye pas assez de lois sociales, je suis propriétaire et je suis sous le statut d’indépendant à titre complémentaire. Je ne pouvais pas me mettre à titre principal car je suis encore sous préavis jusqu’en novembre 2021. Même le CPAS n’a pas pu m’aider ». L’indépendante a beau tourner le problème dans tous les sens, elle ne voit pas d’issue favorable à sa situation. « Il n’y a que le salaire de mon époux qui rentre et nous avons encore un fils à charge. Je ne vois aucune possibilité. On est en train de nous assassiner, rien de plus. »

« Il n’y a pas de risque »

Fabienne ne comprend toujours pas pourquoi elle n’a pas le droit d’exercer son métier. « On est derrière le client en permanence. Les risques sont vraiment minimes. Travailler au noir ? C’est hors de question pour moi. Je veux travailler en toute légalité. » Elle dénonce d’ailleurs l’hypocrisie d’une partie de la grande distribution qui continue de vendre des produits de coiffeurs. « On vend toujours des colorations, certains magasins vendent même des ciseaux de coiffeur. » Des pistes de solution, Fabienne en a pourtant. « Ouvrir uniquement sur rendez-vous avec un ou deux jours d’ouverture ou bien avoir la possibilité de travailler à domicile, ce serait déjà bien. Il m’est impossible d’attendre jusqu’à février. On va devoir tout vendre, y compris ma maison. J’ai déjà dû subir une fin de carrière douloureuse après 32 ans dans la grande distribution et maintenant ça, c’est le coup de grâce. J’ai l’impression d’être morte, tout en étant vivante. » Léger espoir cependant : ce lundi, Fabienne devait recevoir des nouvelles du cabinet du ministre-président Willy Borsus (MR) quant à des possibles aides. Contacté, le cabinet du ministre des Indpendants David Clarinval (MR) confirme que Fabienne ne paye pas assez de lois sociales pour prétendre au droit passerelle.

Simon Martin

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

** ******* ** ****** **** *************** ** ********* ** ******** *** *** *********** **** *** ************* *** ******* **** ********* **** ********* ****** *** ******* ******** ******** ** **** **** *** *********** ******* ********* ** *** ******** *********** *** ********* ** ** *** ** ********** ****** ***** ***** ** ******* ********** ** ****** *** ** ********* ** ******** ****** ** ******* **** *** ***** ********* *********** ** ************** ****** ******* ** ********** ***** ** ******** ********* **** ***** **************

** ***** *** ** ********** ** *********

************** ********** ******* **** ** ** *** **** *** ******** ** ** ****** ************ *** * *** ** ********* ** ****** ** **** ** *************** ** ******* ****** *** ********* ******************** ************** **** *** ******** ** ** ********* **** ******* ***** ***** ** ******* ********* ** ****** *** ***** ** ********* ** ****** ******** ************ ******* ** ***** *********** ** *** ******* ****** ******** **** ******* ** ********* *** ** ***** ** ********* ******* **** **** ***** ****** *** ** ** **** ********** ** ********** **** ** ******* ** *********** ****** ******** ********** ** *** ******** **** ** *************** **** ****** **** ** *** ***** ******* ******* ******** ******** *** ********** ** **** ******* ***** *** ** **** ********** ** ****** ****** ** ****** ************ ********** ********** ** ************ ***** ******** ******* ***** ****** *** ** ******* ********* *** ******************

** ********* ** ****** ** ** ******** *********** ** ****** *********** ** *** ********* *** ********* **** ******************************* *** ********* *** * ******* ** ***** ** ******* **** *** ********* *********** *************** ********** ** **** *** ******** ******* ***** ********* **** *** ****** *************** ******* ********* ***** ****** ********** **** ******************

************** ****** ****************

*** **** ************ ** ********* **** ***** **** ** **** ***** ** ** ****** *********** **** ***** ***** ********* *********** ******** *** * *** *** ** *** ***** ***** ** *************** ************ ************ ****** ** ** ***** ********** ************ ***** ********** ******** *** **** ***** *** ** ** *** ***** ** **************** ****************** **** ******** ***** ******** ** ***** **************** *** **** **** *** **** ***** *** *** ******** ** ***** *** ** ** ** *** ***** **** ** ********* ** ******* ** ********* ** ***** ****** ** ************** ***** ********* *** ******** **** ** *****

***** ********* **** ***** ***** ** ****** **** ************ ************** ********* *********** ******** ************** ******** ** ******** *** ********** **** ** ****** **** *** ********* **** *** ************* ** ****** ***** ** ***** *** ************** ** ** **** *** ***** ** **** ********* ** **** ************* ** ** **** **** ** ****** **************** ** ***** **************** ** ** ******* *** ** ****** ** ***** ********* *** ** **** ****** **** ******** ********** ******** ***** ***** ** **** ***** *** ** ****************** ***************** * **** ******* ** ********* **** **** *** ***** **** ** **** *** ********* ********* ** ** ********** ********** ***** * *** ** ******* ** *** ****** *** ****** ** **** ***** ****** ** **** ** ******* ** ** **** ****** ************* ** *** ** ***** ** **** *********** **** ** *************

********** ***** * *** ** **************

******** ** ******** ******** *** ******** **** ***** *** ** ***** *********** *** ******** ********** *** ********* ** ****** ** *********** *** ******* **** ******** ******** ********** ** *********** ******* **** ** ******** **** **** ** **** ********** ** ***** ******************* **** ******** ************ ************** ******* ****** ** ** ****** ************ *** ******** ** ****** *** ******** ** ********** ********** **** ******** *** ************ ******** ******** ******* ***** *** ******* ** ***************** *** ****** ** ********* ******** ** * ********* ************** ********** *** *********** **** ** ** **** ***** ************* ** **** ***** ** ************ ** ********** ** ********* ** ****** ****** ***** ** ******* ********** ************ ********** ********* ** ** ****** **** ******* * ******* ** ******* ****** ****** *** ***** *** *** ** ********* *********** ****** ** *** **** ** ****** ************ ** ********** **** ******* ** **** ** ******* ****** ************** ********* ****** **** ** ****** **************** ****** ****** **************** ** ****** ******** ****** ******** *** ********* ** ******* ** ******************* ***** ****** **** ***** ** *** ********* ****** ********** ** ******* ** ******** *** *********** ***** ********* **** ******** *** ******** ** **** *** ***** ** **** ******** **** ********** ** ***** ***********

***** ******

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles