Jean-François de Sart a joué deux ans à Anderlecht: «J’aurais dû porter le maillot du Standard»

« Le Sporting avait, de la même façon, attiré de Malines, un an plus tard, Philippe Albert, Bruno Versavel et Marc Emmers ».

Pourtant, c’est… au Standard qu’il aurait dû atterrir. « J’avais rencontré Roger Henrotay, le secrétaire général. C’était du temps de Georg Kessler. Mais Liège réclamait 30 millions de francs belges et les joueurs n’étaient pas libres comme aujourd’hui ». Un an plus tard, Jean-François de Sart prenait la direction du parc Astrid.

« Le contexte financier avait changé. Liège voulait alléger sa masse salariale ».

Jamais le directeur sportif du Standard n’a regretté d’être passé par Anderlecht. « J’ai pu voir comment fonctionnait un club du top et comment il convenait d’appréhender la gestion des grands événements. J’ai eu la chance de disputer des matches européens avec le RFC Liégeois et Anderlecht, de faire partie des présélectionnés pour le Mondial 1994 aux Etats-Unis, de participer, à la tête des Espoirs, à une phase finale d’un Euro et aux Jeux Olympiques. J’ai donc vécu de l’intérieur, comme joueur puis comme coach, l’organisation liée à une équipe pro. Cela me sert…  »