Un travailleur belge sur quatre au bord du burn-out

L’enquête a été conduite auprès de 2.029 travailleurs flamands et 842 travailleurs wallons.

Plus de quatre sondés sur 10 (41%) ont affirmé se sentir émotionnellement épuisés et 34% se plaignent d’un niveau élevé de dépersonnalisation. La dépersonnalisation s’explique par une distance de plus en plus grande face au travail et aux collègues et par le fait de se sentir plus cynique, négatif. Être émotionnellement épuisé et dépersonnalisé se traduit par un risque élevé de burn-out.

IDEWE prévient les entreprises que l’absentéisme n’est pas la seule conséquence importante d’un burn-out. «Le burn-out est aussi associé à l’intention de quitter l’entreprise. Il est important que l’employeur puisse rapidement reconnaître les signes ’de stress liés à la fonction’ qui sont à la base du burn-out», explique IDEWE.