John van den Brom (Anderlecht) au sujet de M. Boucaut: «Cet arbitre, c’est un scandale»

Qu’Anderlecht se plaigne de l’arbitre - et il n’a pas tous les torts, tant s’en faut -, n’est vraiment pas bon signe. « Avant chaque match, on sait qu’on a un adversaire en face de nous et qu’on doit en tenir compte », explique John van den Brom. « Mais ce soir (lisez hier), on avait en plus l’arbitre contre nous. Et c’est au moins la 3e ou la 4e fois que ce même directeur de jeu nous siffle avec une partialité incroyable. C’est un scandale. Que voulez-vous que je donne comme explication à mes joueurs qui me questionnent sur le pourquoi d’une telle gestion de match  de la part de l’arbitre?. »

Cela dit, le technicien néerlandais ne compte pas pleurer toute la semaine sur l’arbitrage.

« On doit oublier et ignorer ce qui se passe autour de nous pour mieux se reconcentrer sur nous. Sur notre jeu, qui s’est effiloché, c’est vrai. »

Van den Brom tend la perche lui-même : excessif avec le recours à ces longs ballons, Anderlecht a renié son fonds de commerce.

« C’est le risque du 4-4-2 pour lequel nous avions opté pour répondre à la capacité de Zulte à faire déjouer l’adversaire. Malheureusement, avec ce système, la tentation est grande d’abuser de longs ballons. On n’a pas su y résister. Or, De Sutter et Mbokani apprécient les ballons venus des flancs, mais on a peu vu de débordements dans notre chef... »

Son homologue, de Zulte Waregem, Franky Dury ne complimentait d’ailleurs pas son adversaire.

« Qu’est-ce que c’est fastidieux d’évoluer contre une équipe qui n’arrête pas de balancer dans le rectangle. Je regrette, mais ce n’est pas du football alors que nous, on s’est efforcé d’y jouer. En plus, on est resté fidèle à notre disposition tactique, quoi que notre adversaire ait modifié dans le sien. »

Mais à qui la faute finalement si le Sporting Anderlecht s’est perdu depuis janvier ? Les nombreux changements d’effectif d’un match à l’autre, plutôt que d’une saine gestion du groupe trahit, sans doute, le manque de sérénité de l’entraîneur...