Joey Starr, arrêté à Liège: "Il s'est effrondré en larmes, je ne l'avais jamais vu pleurer"

« Quand il est rentré à l’hôtel après avoir été libéré, il s’est effondré en larmes », confie un proche. « Je ne l’avais jamais vu pleurer… Il m’a dit qu’il avait beaucoup pensé à ses enfants ».

De retour au Crowne Plaza après sa libération samedi vers 13h20, le rappeur a expliqué qu’il « avait été roué de coups » par les policiers. « J’ai déjà passé plus de temps en garde à vue qu’en prison, j’ai déjà reçu des coups, mais comme ça, jamais, même de la police française », a glissé JoeyStarr. Il est blessé à la joue, là où son visage s’est écrasé au sol – « avec un pied dessus » – quand il a été maintenu par les forces de l’ordre dans le Carré. «  J’étais menotté, je ne pouvais pas réagir. Mais ils me criaient quand même de ne pas bouger et me frappaient ! »