Kompany: «On gagnera la C1 un jour, c’est inévitable»

Vincent Kompany est une vraie star. Une star belge mais, aussi, mondiale. Capitaine des Diables et de Manchester City, il suscite de l’intérêt bien au-delà du microcosme que constitue le football belge. La preuve en... radio. Lundi soir, il était l’invité de Luis Fernandez dans l’émission «Luis Attaque!», sur RMC, pour commenter, avec quelques heures d’avance, le titre de Manchester United et, surtout, la saison de City. «Si on regarde le passé du club, finir deuxième est le signe d’une bonne saison, il ne faut pas l’oublier», lance-t-il d’emblée, comme pour atténuer la déception liée à la perte du titre en Premier League au profit de l’éternel ennemi. «C’est vrai qu’après avoir goûté au succès, on voulait à nouveau être champion mais ce n’est pas simple... En début de saison, il y a cinq ou six équipes qui veulent décrocher le titre et ce n’est pas toujours possible d’y arriver.»

«Vince the Prince» ne remportera, donc, pas son deuxième titre de champion d’Angleterre. Par contre, il peut encore ajouter une ligne à son palmarès avec la FA Cup. «Le bilan de notre saison dépend beaucoup du résultat de la finale (NDLR: le 11 mai contre Wigan), il ne faut pas l’oublier. On sait que cela ne sera pas facile mais on est aussi conscient qu’une victoire relancerait l’élan positif en vue de la saison prochaine.»

La saison prochaine, justement, c’est un autre titre, beaucoup plus prestigieux, que les Citizens viseront. Un titre européen, une coupe aux grandes oreilles. Rien que ça... «Je suis persuadé qu’on gagnera un jour la Ligue des Champions», annonce Kompany, pas vraiment refroidi par l’élimination dès la phase de poules cette année. «Certains disent qu’on n’en a pas les moyens mais ils se posaient aussi la question par rapport à la Premier League. Or, on a décroché le titre et on l’a fait plus vite que ce qu’ils croyaient. Quand je vois les investissements qui sont réalisés dans le club, et pas uniquement au niveau des joueurs, je me dis qu’on n’est pas loin des clubs du top.»

Comme depuis qu’il a chaussé ses premiers crampons, Vincent Kompany nourrit une ambition débordante. Pour son club mais aussi pour lui-même. Il est aujourd’hui capitaine d’un des clubs les plus riches du monde et d’une des sélections les plus prometteuses mais ne comptez pas sur lui pour s’en contenter. Il veut plus, toujours plus! Et même le fait de se retrouver parmi les meilleurs défenseurs de Premier League, voire du monde, ne suffit pas à étancher sa soif. «Cela me fait chaud au cœur mais ça ne veut pas dire grand-chose. Ce qui compte, ce sont les trophées collectifs», nuance-t-il. «De mon côté, j’essaye toujours de progresser. Je suis loin d’être satisfait de mon niveau et je veux toujours atteindre les sommets. Croyez-moi, ce n’est qu’un début pour moi.»