Le GSM entre tout doucement dans l’histoire

Il aura fallu quelques années sans doute pour que l’automobile, qui s’est industrialisée au début du 20e siècle, ait son premier musée. C’est un peu ce qui arrive au GSM aujourd’hui.

Ici et là, de timides initiatives voient le jour. Et comme il s’agit d’un produit à très faible durée de vie (de plus en plus faible, même !) personne ne s’étonnera que les premiers musées soient… virtuels.

Comme Lilian sur son site mobilophiles.com, des blogueurs passionnés par le GSM ont reconstitué l’histoire du portable sur internet, reliant les modèles révolutionnaires à leurs images, souvent surannées. Quelques grands constructeurs ont eux aussi leurs propres musées virtuels et certains musées du téléphone, comme à Narbonne, ont ajouté le « cellulaire » (comme on l’appelle en France) à l’histoire de son prédécesseur avec fil.

En 2009, certains blogs annonçaient la création du premier musée authentique du mobile en Chine, initié par un milliardaire passionné. Mais on n’en trouve pas trace aujourd’hui. Un Coréen dénommé Lee Byeong-cheol assure avoir créé le premier « vrai » musée du monde vraiment consacré exclusivement au GSM. Il s’agit ici d’un véritable bâtiment avec sa collection personnelle, accessible au grand public qui est reçu par Lee lui-même (www.phonemuseum.co.kr). L’homme, passionné lui aussi, souhaitait dédicacer son musée à une technologie mondiale qui a ses lettres de noblesse en Corée avec Samsung. Il explique toutefois qu’avec la quantité de GSM produits chaque année, il n’est pas simple de ne rien rater. On le croit sans hésiter !

M.R.