Hannut: les gens du voyage ne pourront pas camper

Le Collège a eu un contact avec Hamed Hakim, le médiateur wallon pour les gens du voyage. « Les exigences d’accueil sont pratiquement celles d’un camping », a pu constater l’échevine des affaires sociales, Carine Renson (PS), au sortir de cette entrevue.

Le cahier des charges prévoit, entre autres, une gestion des déchets, la mise en place de sanitaires, l’accès à l’eau et à l’électricité, un état des lieux avant et après occupation.

Pour le bourgmestre Jamar, cela représente un investissement de l’ordre de 50 à 100.000 euros, « pour un terrain qui finalement ne sera occupé que deux mois sur l’année. S’il faut investir, j’estime que c’est à la Région ou à l’Europe de le faire ».